Recherche

Qui est en ligne ?

Nous avons 51 invités en ligne

horloge

18/10/2017
HORLOGE
Heure :
Accueil > Actualités

Actualités

Aide sociale à Sainte-Croix

Journal de la RTS du 16 janvier 2014

http://www.rts.ch/g/NDwW

 

Les chômeurs invisibles

Les chômeurs invisibles

 

Le journal "Le Temps" dans ses éditions des 1er et 22 novembre 2013 a relaté deux études sur la croissance de Genève. La première de la CICG et de la BCGE sur les moteurs du développement, la deuxième du Crédit Suisse sur les conséquences de la croissance du Grand Genève.

A la lecture de ces deux intéressantes études (Celle du Crédit Suisse consistant en une présentation powerpoint), il apparaît qu'à aucun moment la question du chômage et des moyens d'y faire face n'est abordée. Alors que le canton de Genève comptait à fin novembre 2013 près de 16'000 demandeurs d'emploi et près de 21'000 bénéficiaires de l'aide sociale.

L'étude de la CICG et de la BCGE met bien l'accent sur le faible nombre d'apprentis et de diplômés HES à Genève, ce qui justifie à leurs yeux l'appel à une nouvelle main d'oeuvre frontalière et immigrante. Par contre, elle ne se demande pas si les personnes sans emploi à Genève ne pourraient pas occuper ces postes en les aidant pour acquérir une formation qualifiante ou se réorienter.

Les rédacteurs de ces études et leurs commanditaires considèrent-ils que le taux de chômage actuel est structurel et incompressible et qu'il est normal de vivre dans un canton où plus d'un habitant sur 10 est soit au chômage soit à l'aide sociale et où on assiste à une concentration de la richesse et à une augmentation des inégalités ?

Gérald Crettenand

Président de l'Association de Défense des chômeuses et Chômeurs

09.01.2014

Lettre à la TDG de Mr G. Crettenand

Pour le président de la Confédération, c'est le plein emploi en Suisse

M. Didier Burkhalter, nouveau président de la Confédération, interwievé dans la Tribune de Genève du 12 décembre 2013, a affirmé face aux craintes de la population suisse par rapport à son avenir que "C'est normal qu'on ait peur de perdre ce que nous avons : le plein emploi , notamment."

On aurait pu penser que le président de tous les Suisses, natif de la commune d'Auvernier dans le canton de Neuchâtel, aurait eu une pensée pour les 200'000 demandeurs d'emploi enregistrés à fin novembre 2013 en Suisse (dont 140'000 chômeurs indemnisés) et les 240'000 bénéficiaires de l'aide sociale (chiffres de fin décembre 2011), ce qui représente près d'un habitant sur 10. La situation est encore plus dramatique dans le canton de Neuchâtel, où 12% de la population est soit au chômage soit à l'aide sociale.

La déclaration du président de la Confédération signifie-t-elle qu'un pays est dans une situation de plein emploi lorsque le taux de chômage indemnisé est de 3,2% caractérisé de taux incompressible par le directeur d'Economie Suisse, Rudolf Minsch ?

Nous ne pouvons que nous étonner et déplorer ce genre de déclaration, qui dénote une méconnaissance des réalités vécues par des personnes qui veulent et peuvent travailler si on les accompagne dans leurs recherches d'emploi, si on leur permet d'acquérir une formation ou de se reconvertir dans une autre activité professionnelle et qu'on répartisse mieux le travail et les revenus. A titre d'exemple, le nombre d'heures supplémentaires effectuées chaque année en Suisse correspond à 100'000 postes de travail à plein temps.

Gérald Crettenand

Président de l'Association de Défense des Chômeuses et Chômeurs de Genève

Plus d'articles...