Inscription à l’assurance-chômage : Attention, sanctions !

Quand on a perdu son emploi, on s’adresse à l’assurance-chômage, à l’Office cantonal de l’emploi. On s’attend à avoir une aide et un accompagnement pour retrouver un emploi.

Ce ne sera pas vraiment le cas. Car l’assurance-chômage marche sur la tête : au lieu de réparer le dommage subi par la perte d’emploi, elle nous considère comme un assuré dont la tâche prioritaire est de « réduire le dommage » à l’assurance.

Cette « réduction du dommage » passe notamment par la suspension des indemnités, les pénalités, les sanctions, termes joliment synonymes.

Certaines études ont parfois accès aux données des offices régionaux de placement sur leurs pratiques en la matière. Ainsi une recherche a pu étudier les données de 2015 dans plusieurs cantons (B,S,S. Volkswirtschaftliche Beratung).

Près de la moitié des sanctions concernent la phase de licenciement

Sur la période étudiée, environ un cinquième des chômeurs ont été sanctionnés. Dans deux tiers des cas cette sanction était motivée par une recherche d’emploi insuffisante principalement durant le délai de congé. L’étude montre que les sanctions pour recherche d’emploi insuffisante avant l’inscription ont un effet très négatif sur l’intensité des démarches ultérieures et sur leur succès.

Cette étude souligne aussi que le succès de la recherche d’emploi à moyen ou long terme, c’est-à-dire la qualité de l’emploi, sa durabilité et sa rémunération, n’est jamais pris en compte par les ORP.

Cet aspect est particulièrement important sous le point de vue des sanctions car celles-ci peuvent avoir comme résultat d’inciter les chômeurs et chômeuses à quitter l’ORP sans avoir retrouvé un emploi convenable ou à s’aventurer dans les emplois multiples et précaires.