Un arrêt du Tribunal fédéral des assurances a jugé que lorsqu’un assuré manque par erreur ou par inattention un entretien de conseil ou de contrôle, mais prouve néanmoins par son comportement en général qu’il prend ses obligations de chômeur très au sérieux, il n’y a pas lieu de le suspendre dans son droit à l’indemnité pour son comportement inadéquat.

Aussi, si vous avez raté un entretien mais que vous n’avez jamais eu de pénalités depuis l’ouverture du délai-cadre, cette omission ne doit pas vous mener à une suspension.

Référence : DTA 2/2000, No. 21, p101, et ATFA non publié du 27 mars 2000 cause P.U. contre Caisse cantonale valaisanne de chômage et Commission cantonale de recours.